Jul 27, 2012

L'accouchement naturel par le siège: sous quelles conditions?

Même si on entend ici et là de beaux récits d'accouchement par le siège réussis, la majorité des bébés qui ne se sont pas retournés rendus à terme finissent en césarienne. Pourquoi tant de précautions médicales? Est-ce vraiment si dangereux de naître par le siège? Quels sont les risques? Pourquoi l'accouchement naturel par le siège est-t-il encore si difficile à obtenir? Dans le système actuel, quelles conditions permettent un accouchement vaginal par le siège?

Premièrement, un ''siège'' est le terme utilisé lorsque le bébé se présente les fesses en premier. Parfois le bébé est en position ''assise'', ce qu'on appelle un siège complet, ou parfois le bébé a les jambes complètement allongées et remontées le long du corps, de sorte qu'il a les pieds dans le visage ou près de la tête, ce qu'on appelle un siège décomplet par les fesses. Parfois aussi, les pieds se présentent en premier, ou il y a des mélanges entre les différentes positions, comme une jambe fléchie et l'autre droite et remontée le long du corps.. Environ 3 à 4% des bébés à terme sont dans cette position au moment de naître.

Varition des positions de siège: siège complet à gauche, siège incomplet au milieu, et siège décomplété en mode fesses à droite.


En 2000, une étude intitulée ''l'étude Hannah'' semblait démontrer de plus grands risques lors d'un accouchement par voie basse que par césarienne. Depuis, on suggère presque systématiquement aux femmes dont le bébé ne s'est pas retourné de planifier une césarienne. Pourtant, cette étude a été largement critiquée pour plusieurs raisons, entre autres:
- Que la plupart des décès constatés dans cette étude ne sont pas dus au mode d'accouchement, mais plutôt à des malformations foetales.
- Que beaucoup d'accouchements par voie basse étaient tentés sans la présence d'intervenants expérimentés.
-Que l'étude ne montre pas de différence entre les enfants nés par césarienne et ceux nés par voie basse après deux ans.
- Que les conditions pour accepter les accouchements par voie basse étaient trop laxistes.
- et bien plus encore.
Voici une critique de l'étude Hannah: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16389006

D'autres études ont été faites par la suite (vous pouvez les lire ici, iciici, et ici) et démontrent des taux de complications largement inférieurs à l'étude Hannah. L'étude PREMODA conclut que lorsque des intervenants qualifiés sont présents et que les critères pour l'accouchement naturel par le siège sont respectés, l'accouchement naturel planifié de grossesses monofoetales (un seul bébé) se présentant par le siège à terme reste une option sécuritaire qui peut être offerte aux femmes.

Voici les recommandations/ positions par rapport à l'accouchement par le siège du Collège National des Gynécologues obstétriciens Français ainsi que de la Société des Obstétriciens et Gynécologues du Canada. 

L'un des plus grands risques, lorsqu'il s'agit d'un accouchement par le siège, est que comme le corps du bébé est plus petit et sort plus facilement, il y a un risque que la tête reste coincée et que le bébé s'étouffe. Le risque de procidence du cordon (que le cordon se présente avant le bébé) est aussi plus élevé. Mais, comme les études précédentes le prouvent, lorsque des précautions adéquates sont prises et que le médecin ou la sage-femme est qualifié(e), l'accouchement naturel par le siège est sécuritaire. De plus, il ne faut pas oublier qu'accoucher par césarienne comporte beaucoup de risques pour la mère ainsi que pour le bébé, et il s'agit d'une chirurgie abdominale majeure qui ne devrait être utilisée que lorsque c'est absolument nécessaire.

Mais quels sont ces fameux ''critères'' ou ''conditions'' pour que l'accouchement par le siège soit possible dans le système actuel? Les voici:

1- Il faut que le bassin de la mère soit évalué par pelvimétrie pour déterminer si le bébé peut passer. Critère moins utile si la mère a déja accouché par voie basse.
2-Le bébé doit avoir la tête penchée de sorte qu'il regarde son nombril et que son menton soit contre sa poitrine.
3-Le poids du bébé doit être évalué entre 2500 et 3800 grammes (entre 5,5 et 8,3 livres). Il ne faut pas oublier que les estimation de poids ont une marge d'erreur de +/- 500 grammes (1 livre).
4-Le bébé doit se présenter par siège décomplété en mode fesses (les fesses en premier et les jambes droites remontées le long du corps) mais certains acceptent aussi lorsque c'est un siège complet (bébé assis).
5- L'acceptation de la mère. Il faut que la mère connaisse les pratiques de l'endroit où elle accouche par rapport au siège et qu'elle les accepte.
6- 34 semaines de grossesse complétées.

Il y a d'autres conditions à respecter pour que l'accouchement naturel par le siège se fasse. Certaines varient d'un endroit à l'autre. Je vous en donne quelques-unes:
- Le travail doit être spontané, c'est à dire que les contractions doivent commencer naturellement. Il n'y a pas d'induction pour un siège.
- La mère doit signer un consentement
- Elle doit idéalement être multipare (avoir déjà accouché naturellement) mais c'est tout de même possible pour un premier bébé si la mère est vraiment convaincue.
- Son travail doit avancer à un bon rythme et aller bien, et la dilatation doit se faire assez rapidement.
- Il y aura probablement un soluté sauf si la mère refuse
- Elle devra accoucher en salle d'opération au cas ou une césarienne d'urgence soit nécessaire. (Cette règle diffère d'un centre hospitalier à l'autre)


Veuillez noter que les sages-femmes du Québec ne prennent pas en charge les accouchements par le siège. Il est possible d'accoucher naturellement par le siège au CHU Ste-Justine à Montréal, un CHRDL Joliette, très rarement à l'hôpital Pierre Le Gardeur, à Sacré-Coeur, à l'Hôtel-Dieu d'Arthabaska à Victoriaville et au CSSS de St-Jérôme à condition de remplir tous les ''critères'' énoncés ci-haut. Il y a peut-être d'autres centres hospitaliers qui le font, mais c'est difficile de trouver lesquels. J'en ai appelé quelques-uns, et personne n'a vraiment pu me renseigner. Récemment, la Société des Obstétriciens Gynécologues du Canada a adoucit ses positions par rapport à l'accouchement vaginal par le siège. Depuis ce changement de position du SOGC, de plus en plus de médecins, en théorie, devraient être en mesure de les pratiquer.

Si jamais une césarienne s'impose, il est conseillé de revérifier la position du bébé avant, car il arrive parfois que le bébé se retourne à la dernière minute et que ce soit constaté durant la césarienne. Il est aussi conseillé d'attendre que le travail commence spontanément pour être sûr que le bébé soit prêt à sortir. Il y a une marge d'erreur quant au calcul des dates prévues d'accouchement (toutes les femmes n'ont pas un cycle menstruel de 28 jours), et lorsqu'on planifie une césarienne à 38 ou 39 semaines, il y a des risque de prématurité associés au mauvais calcul de l'âge gestationnel du bébé. 


CONNAISSEZ VOS DROITS! Vous ne pouvez pas vous faire imposer quelconque intervention médicale si vous n'êtes pas d'accord. La citation suivante est tirée des directives de la SOGC (Société des Obstétriciens Gynécologues du Canada):  «En l’absence d’une contre-indication à l’accouchement vaginal, la patiente dont la grossesse est en présentation du siège devrait être avisée des risques et des avantages d’un essai de travail et d’une césarienne de convenance; de plus, son consentement  éclairé devrait être obtenu. Le choix de la patiente quant au mode d’accouchement devrait être respecté. [...] Les femmes qui présentent une contre-indication à l’essai de travail devraient se voir conseiller de subir une césarienne. Les femmes qui choisissent un essai de travail malgré cette recommandation ont le droit d’agir de la sorte et ne devraient pas  être abandonnées. Elles devraient bénéficier des meilleurs soins hospitaliers possibles. »

Fait intéressant: Les trois vidéos ci-dessous sont tous d'accouchements à la maison par le siège. Il est intéressant d'observer que dans les trois cas, la maman est à quatre pattes lors de la poussée, et que la/ les sage(s)-femme(s) ne touchent au bébé que pour l'attraper après la sortie de la tête et pas avant. Il semblerait que c'est la meilleure façon de faire naître un siège...
Magnifique vidéo et récit d'accouchement par le siège à la maison
Un autre vidéo/récit d'accouchement naturel par le siège
Vidéo/ récit d'accouchement par les pieds

Pour conclure, je tiens à dire que la présentation par le siège n'est pas une pathologie, une anomalie, ou une urgence médicale. Ce n'est qu'une variation du normal. Il est absolument possible d'accoucher par le siège et je trouve dommage que les sages-femmes du Québec ne prennent pas en charge ce genre de naissance et qu'aussi peu d'obstétriciens-gynécologues en pratiquent. Même avec les multiples réfutations de l'étude Hannah, ainsi qu'avec toutes nos connaissances des effets et risques de la césarienne, cette dernière reste toujours le moyen le plus utilisé pour faire naître les bébés qui se présentent par le siège. J'espère de tout mon coeur que de plus en plus d'intervenants apprendront à assister des sièges, et que la tendance reviendra un jour à favoriser l'accouchement vaginal par le siège, pour le bien des mamans et des bébés.

A Breech In the System: un film (qui je n'ai as encore vu mais qui a l'air excellent) sur le combat d'une femme australienne pour accoucher naturellement de son bébé en siège

Ce site: http://birthwithoutfearblog.com/category/bwf-topics/breech-birth/  A plein de récits de naissances par le siège réussies. Il est tout en anglais par contre.

Sources:
http://www.sogc.org/health/pregnancy-breech_f.asp
http://www.sogc.org/guidelines/documents/gui226CPG0906f.pdf
http://www.cesarine.org/avant/programmee/siege/
http://www.birthdiaries.com/diary/ext014/ (témoignage accouchement naturel par les pieds très graphique)
http://www.birthdiaries.com/diary/birth037/ (témoignage accouchement par le siège, très graphique)
http://www.homebirth.net.au/2011/03/mechanism-of-breech.html
www.spinningbabies.blogspot.com
http://www.scribd.com/doc/16575593/0000044720060400000016pdf
http://www.homebirth.net.au/2008/03/breech-variation-of-normal.html
http://rixarixa.blogspot.ca/2009/06/canada-does-180.html
http://www.umm.edu/graphics/images/en/19158.jpg
CHU Ste-Justine  (plus précisément leur conseillère en soins)
CSSS de St-Jérôme
Maison de naissance Côte-des-neiges
GASKIN, Ina May, Spiritual Midwifery, Book Publishing Company, U.S.A., 2002, 480 pages. 



Jul 20, 2012

Nouvelle page Facebook

Un petit coucou pour mentionner que j'ai maintenant une page facebook en tant qu'accompagnante à la naissance. Voici le lien: Laurie Vallee Dallaire, accompagnante à la naissance

Bon week-end!

Qu'est-ce qu'un plan de naissance et à quoi ça sert?

Lorsque j'explique le rôle d'une accompagnante à des gens, j'ai souvent des réactions bizarres lorsque je parle du plan de naissance et du fait que la doula aide le couple qu'elle accompagne à écrire le leur. Une femme m'a déjà répondu: « Mais dans le fond, ça sert à rien un plan de naissance, parce que l'accouchement peut se passer de pleins de façons, c'est sur que ça se passera pas comme on le pense, faudrait faire une dizaine de plans pour se préparer». Cette femme croyait, comme beaucoup je pense, qu'un plan de naissance est un récit décrivant le déroulement idéal de l'accouchement du point de vue des parents, par exemple: «je veux que mes contractions commencent dans la nuit, que ça dure x heures, etc.». Ce n'est pas du tout le cas.

En fait, un plan de naissance, selon moi devrait plutôt s'appeler une «liste de souhaits». Un plan de naissance, en réalité, est une liste de ce que les parents souhaitent et ne souhaitent pas lors de l'accouchement, principalement en lien avec les interventions médicales possibles et leurs souhaits pour l'arrivée et l'accueil du bébé.

Lors d'un accompagnement à la naissance, l'un des mandats de la doula est d'informer les futurs parents sur toutes les interventions médicales possibles lors d'un accouchement, tout ce qui pourrait être proposé aux parents, comme par exemple, l'induction, l'épidurale, le pitocin, le fentanyl, le monitoring, la rupture des membranes, la ventouse, etc. Elle se doit de leur faire part de l'existence de toutes ces interventions, du pour et du contre de chacune d'entre elles. Les parents pourront ensuite faire un choix éclairé et décider avec quelles interventions ils sont à l'aise ou non. Même chose pour tous les soins donnés au bébé à la naissance. La doula expliquera tout ce qui sera proposé pour le bébé et aider les parents à décider ce qu'ils veulent par rapport à la coupe du cordon, le contact peau-à-peau, la vitamine K, l'onguent dans les yeux, l'APGAR, etc.

Les parents seront aussi renseignés sur les conditions idéales pour faciliter le travail et les moyens de favoriser le premier contact avec bébé.  Le plan de naissance peut aussi faire part de demandes spéciales  ou donner des précisions sur les désirs non-médicaux des parents. Je vous donne quelques exemples: qui sera présent lors de l'accouchement, désir d'écouter de la musique ou d'avoir une ambiance particulière, refus de porter une jaquette d'hopital, précisions par rapport à la religion ou aux croyances, etc.

Le plan de naissance peut aussi formuler des demandes alternatives au cas ou il y ait une urgence médicale ou un problème, une sorte de plan B pour ne pas se retrouver pris au dépourvu si jamais un problème arrivait.


Lorsque les parents auront réussi à formuler leurs opinions et leurs souhaits, tout cela ira sur le plan de naissance, qui sert principalement à communiquer les souhaits des parents à l'équipe médicale. Il est aussi suggéré de faire signer le plan de naissance par le médecin pour pouvoir prouver au personnel médical présent le jour de l'accouchement que leurs demandes ont été validées. Le jour de l'accouchement, la doula va s'assurer auprès des infirmières que le plan de naissance a été lu et s'assurera tout au long du travail et de l'accouchement que les demandes des parents soient respectées. Dans l'émotion, la fatigue et l'excitation de l'accouchement, il est souvent facile de céder aux pressions du personnel médical, le moindre fait d'énoncer le bien-être du bébé ou de la mère peut faire céder les mieux préprarés à n'importe quelle intervention. La doula est là pour garder la tête froide et s'assurer que les parents ne se fassent pas influencer à prendre des décisions sous l'effet de la fatigue et de la peur qu'ils pourraient regretter plus tard.

Je vous ai improvisé un plan de naissance pour vous donner une idée de quoi ça a l'air. Si vous aimez la forme et désirez vous en inspirer pour faire le vôtre, vous êtes les bienvenus!

Nom de la mère: Judith G. 
Nom du père: Ernest L.
Date prévue d'accouchement: 10 juin
Nom de l'accompagnante: Émilie
Nom du médecin: Dr. X


Bonjour, nous attendons la venue de notre premier enfant, qui sera un petit garçon. Voici nos souhaits pour sa naissance.


Judith désire une ambiance paisible et calme dans la chambre. Elle veut avoir les lumières tamisées et apportera une petite radio portative pour écouter une musique relaxante. Elle veut aussi pouvoir manger et boire à sa guise tout au long du travail. 


Ernest, le papa, sera présent tout au long de l'accouchement, ainsi que Émilie, notre accompagnante. Merci de réduire les allers-retours du personnel dans la chambre au minimum afin de ne pas déranger le travail de Judith. 


Judith désire vivre un accouchement complètement naturel. Merci de ne pas lui proposer l'épidurale ou aucune autre forme d'intervention. Nous sommes informés et en ferons la demande au besoin. 


Si le travail stagne, nous désirons utiliser des méthodes naturelles telles que le changement de position, le bain ou la stimulation des mamelons pour aider.  


Judith veut pouvoir pousser et expulser notre bébé dans la position de son choix. 


Judith ne veut pas d'injection d'ocytocine au moment de la sortie de notre bébé, elle veut avoir son pic naturel d'hormones. Merci de ne pas essayer de la remettre en question. 


Ernest aimerait pouvoir aller chercher notre fils au moment de sa naissance et le mettre lui-même sur le ventre de Judith. Judith aimerait garder son bébé le plus longtemps possible en peau-à-peau et commencer à allaiter rapidement. Nous avons l'intention de lui chanter ''Bonne fête'' tout de suite après sa sortie. Nous aimerions que l'équipe médicale participe à la chanson.  Nous voulons aussi garder notre bébé avec nous en tout temps dans la chambre. 


Nous voulons attendre que le placenta soit sorti et que le cordon ait cessé de battre avant de clamper et couper ce dernier. Nous voulons garder le placenta et le ramener à la maison. 


Si possible, faire tous les tests au bébé dans les bras de Judith. Nous ne voulons pas d'onguent dans les yeux du bébé, mais nous allons prendre la vitamine K.  La pesée peut attendre quelques heures. Si jamais le bébé ne va pas bien, le garder sur Judith ou tout près d'elle pour qu'elle puisse le voir et lui parler. Si le bébé doit aller en soins intensifs ou en incubateur, Ernest va l'accompagner jusqu'à ce que Judith puisse venir le voir (dès que possible).


Si jamais une césarienne s'avère nécessaire, Judith voudrait une anesthésie épidurale pour pouvoir être consciente de ce qui se passe. Elle voudrait voir son bébé tout de suite et pouvoir lui faire un bisou. Pendant que l'opération se termine, mettre le bébé en peau-à-peau avec son papa Ernest. Judith aimerait pouvoir avoir son bébé avec elle le plus rapidement possible et pouvoir commencer l'allaitement. 


Dans tous les cas, nous voulons être avertis avant que des soins ou des interventions soient faits à notre enfant. Pas de suce ou de biberon S.V.P.


Merci de respecter nos choix, et de nous supporter dans cette belle aventure!


Voici un autre plan de naissance sous forme de cases à cocher avec un espace à la fin pour en rajouter: http://www.canalvie.com/etre-parent/calendrier-de-grossesse/_pdf/plan-de-naissance.pdf

À la prochaine!

Source photo: http://www.coupdepouce.com/vie-de-famille/maternite/un-plan-de-naissance-ca-sert-a-quoi/a/27919/

Jul 16, 2012

Les différents rôles et fonctions de l'ocytocine

Depuis peu, on parle de plus en plus des hormones impliqués dans le processus de la grossese et de l'accouchement. On découvre petit à petit les différentes facettes et fonctions des différentes hormones, et en particulier l'ocytocine. Cette hormone n'a pas une seule fonction, elle fait partie intégrale de nos vies et pas juste au moment de l'accouchement.

Mais qu'est-ce que l'ocytocine exactement?

Jusqu'à récemment, on attribuait à l'ocytocine simplement des fonctions mécaniques: C'est l'hormone qui fait avoir un orgasme, contracter l'utérus, faire dilater le col, expulser le bébé et contribuer à la lactation et au réflexe d'éjection du lait. L'ocytocine augmente aussi la tolérance à la douleur. Des études ont démontré que des rats ayant reçu des injections d'ocytocine prenaient plus de temps que d'habitude pour retirer leur queue d'une eau trop chaude. Cette fonction aide la mère à vivre son accouchement naturellement malgré la douleur des contractions, mais permet aussi au bébé de supporter toute la pression des contractions ressentie lors de l'accouchement. De plus, l'ocytocine augmente légèrement la température corporelle de la mère lors de l'allaitement afin de réchauffer son bébé. Mais cette hormone a aussi des fonctions au niveau émotif et comportemental.


L'ocytocine, aussi appelée hormone de l'amour, a un rôle essentiel dans notre capacité à créer des liens avec autrui. C'est cette hormone qui est sécrétée lorsqu'on tombe en amour, lorsqu'on s'amuse avec des amis, lorsqu'on voit son bébé pour la première fois. Le plus haut pic d'ocytocine chez une femme arrive juste après la naissance naturelle de son enfant (si il n'y a pas eu d'interventions pouvant empêcher la sécrétion d'ocytocine). C'est ce pic qui la fait tomber en amour avec son bébé, et inversement, car le bébé est lui aussi sous l'effet de cette hormone. Ce pic donne aussi à la mère et au bébé un sentiment de bien-être et de gratitude, et provoque chez la mère ce besoin de protection envers sa progéniture.
 Un concept intéressant pour mieux illustrer la fonction affective de l'ocytocine, est que l'une des caractéristiques de l'autisme est la difficulté à entrer en intéraction avec autrui. Or, il a été prouvé que les personnes autistes sécrètent moins d'ocytocine que le commun des mortels, ce qui pourrait contribuer à leur difficulté à s'ouvrir aux autres. Une autre façon de comprendre la force de l'ocytocine est lorsqu'on voit des nouvelles mères mammifères adopter des bébés d'autres espèces si les leurs sont morts ou leur ont été enlevés. C'est grâce au haut niveau d'ocytocine dans leur organisme que, par exemple, une tigresse peut adopter des porcelets, une chatte adopter des bébés écureuils, ou une chienne peut adopter des tigreaux, les aimer et s'en occuper comme si c'était les siens.


Deux exemples de relations de maternage inter-espèces, rendues possible grâce à la présence d'ocytocine chez la mère.


Même après le pic initial d'ocytocine à l'accouchement, des niveaux plus haut qu'à l'habitude persisteront tout au long de la période d'allaitement, sauf si la mère est exposée à des hauts niveaux de stress ou d'anxiété.  Par contre, même si la sécretion d'ocytocine peut facilement être inhibée par une situation de stress, des études ont démontré que la présence d'ocytocine dans l'organisme diminuerait le niveau de stress chez les femmes allaitantes en réduisant la fréquence cardiaque et la pression sanguine. Le Dr. Kerstin Uvnäs Moberg, une chercheuse suédoise, a découvert que les femmes ayant allaité leurs bébés au moins sept semaines étaient plus calmes lorsque leurs bébés avaient six mois que les femmes n'ayant jamais allaité. Son équipe a aussi découvert que de petites quantités d'ocytocine réduisaient l'anxiété et augmentaient la curiosité et l'envie de créer des liens avec d'autres personnes.

L'ocytocine est aussi sécrétée à différents moments de nos vies n'ayant pas nécessairement de lien avec la maternité, et peut aussi être sécrétée par les hommes: lors d'un bon repas, lorsqu'on reçoit un câlin de quelqu'un qu'on aime, lors d'un bon massage, en méditant, lors de caresses amoureuses, ou en prenant un bon bain. L'ocytocine contribue à ce sentiment de calme, de bien-être et de confiance que nous ressentons lorsque nous vivons des situations plaisantes. Comme le dit Ina May Gaskin, ce n'est pas un hasard si tant de contrats et d'arrangements d'affaires sont conclus autour d'un bon repas: manger ensemble fait augmenter le niveau d'ocytocine et permet de développer un sentiment de calme et de confiance envers les autres, ce qui rend la coopération plus facile.

Pour conclure, l'ocytocine, l'hormone de l'amour, du bien-être, de la guérison, de la coopération, de la gratitude, du calme, de la confiance, de l'attraction, etc. est beaucoup plus présente dans nos vies qu'on le croit. Nous ne cessons de découvrir de nouvelles particularités à cette hormone si importante au processus de l'accouchement et de la création du lien mère-enfant. Il y a beaucoup plus à dire sur cette hormone, ainsi que sur les autres qui fonctionnent avec et contre elle, sur les conditions idéales pour en tirer profit et sur tous ses caprices et particularités. Mais ça, ce sera pour une prochaine fois...

À la prochaine!

Sources:
http://www.psy-luxeuil.fr/article-l-ocytocine-hormone-du-sacrifice-99081464.html
http://www.dailymail.co.uk/news/article-498789/The-tiger-adopted-litter-piglets-tale-porkies.html
http://news.nationalgeographic.com/news/2005/05/0509_050905_dogtigers.html
http://www.nature.com/npp/journal/v28/n1/full/1300021a.html
étude sur les rats par rapport à la douleur
Autre étude avec des rats sur la douleur et l'ocytocine
http://www.yoopa.ca/psychologie/article/locytocine-renforce-les-souvenirs-de-la-mere-durant-lenfance-chez-les-
Accueil du nouveau-né: Rôle de l'ocytocine, Article de Isabelle Challut extrait du chapitre «au coeur de la naissance» du livre Devenir soi, Dauphin Blanc, 2011
BALASKAS, Janet, The Waterirth Book, HarperCollins publisher, Royaume-Uni, 2004, 306 pages.
GASKIN, Ina May, Ina may's Guide to Breastfeeding, Bantam books, États-Unis, 2009, 340 pages.

Jul 9, 2012

Le pouvoir thérapeutique de l'eau

L'eau est beaucoup plus fascinante qu'on le croit. Elle a été étudiée à maintes reprises de toutes sortes de façons, et on a maintenant une bonne idée de ses propriétés physiques. Mais qu'en est-t-il de ses autres propriétés que nous commençons à peine à découvrir? Et quel est le lien avec la maternité? Je vais tenter d'explorer la question dans le texte qui suit.

En premier lieu, je tiens à vous faire part d'une étude scientifique faite par le Dr. Masaru Emoto sur les cristaux d'eau. Cette expérience consistait à soumettre l'eau à un environnement particulier, puis à la congeler et ensuite observer la forme des cristaux d'eau au microscope. Dr. Emoto a donc soumis ses différents échantillons d'eau à des types de musique différents ou à des mots comme «amour», «merci», ou «je te déteste». Les résultats on été époustouflants.


Cristaux du Dr. Emoto, en dessous, le cristal obtenu avec le mot «Espoir»


Formidable, vous ne trouvez pas? Maintenant, mettons les choses en perspective. Le corps humain adulte est composé de 75% d'eau, et cette proportion chez le nouveau-né est de 97%. Imaginez l'impact sur la santé de notre simple environnement et des éléments et événements dans notre vie, s'il peut carrément modifier la structure moléculaire de l'eau dans notre corps? Bien sûr on ne peut pas contrôler tout ce que les autres nous disent ou tout ce qui se passe autour, mais nous pouvons contrôler nos pensées et nos paroles. Pensons aussi au foetus, qui baigne dans le liquide amniotique, principalement composé d'eau... 

Comme je disais au début de ce texte, nous ne commençons qu'à comprendre les réelles facultés et propriétés de l'eau, et les recherches du Dr. Emoto ne font qu'ouvrir la porte aux mystères de ce liquide de vie...

L'eau n'est pas un simple élément, elle est essentielle à la vie. C'est l'élément naturel avec lequel nous somme le plus intimement reliés. À l'origine du monde, la vie n'a-t-elle pas débuté dans l'eau? Et chaque nouvelle vie commence encore aujourd'hui dans le milieu aquatique du liquide amniotique. L'eau est le premier élément que nous découvrons, et tout au long de notre vie, l'eau reste synonyme de vie, de fraîcheur, de douceur, de calme et de puissance. L'un des sons les plus relaxants reste encore celui des vagues à la plage, ou bien celui d'une fontaine ou d'une petite chute. Nombre de disques de relaxation et de méditation en font usage. Il suffit aussi de penser à la popularité des spas et autres centres de soins avec de l'eau (thalassothérapie, bains flottants, etc.) pour comprendre le pouvoir relaxant et thérapeutique de l'eau. 

Une réflexion portant sur l'évolution de l'espèce humaine avancée dans les années 60 par Alister Hardy a particulièrement attiré mon attention: Cette théorie suggère que l'être humain moderne a évolué d'un primate qui a été obligé pour des raisons climatiques de vivre de façon semi-aquatique, puis qui est retourné vers un mode de vie terrestre après être devenu bipède. Elle pointe plusieurs similitudes physiques et physiologiques entre les humains et les mammifères marins comme les dauphins et les baleines. 

Dans la vie en général, mais surtout pendant la grossesse, on peut tirer profit des bienfaits de l'eau grâce, entre autres,  à la natation. Nager enceinte n'est pas du tout dangereux pour le foetus. Au contraire, la future maman et le bébé peuvent en tirer beaucoup de bienfaits.  La natation permet en premier lieu de faire de l'exercice, d'activer la circulation et de garder la future mère en forme tout au long de sa grossesse. Evidemment, il vaut mieux éviter des nages comme le papillon qui sont difficiles et exigeantes. La femme peut trouver elle-même la nage qui lui va le mieux. L'idée est de ne pas se rendre à bout de souffle et de ne pas faire des mouvements trop violents. De plus, se laisser simplement flotter dans l'eau enceinte apporte un sentiment de légèreté, ce qui fait beaucoup de bien, en particulier en fin de grossesse lorsque le bébé devient très lourd. L'idéal serait de nager dans un lac ou dans la mer,  mais une piscine fait aussi très bien l'affaire. 

Une autre façon de profiter des bienfaits de l'eau, enceinte ou non, est de prendre un bon bain. Pas juste un bain pour se laver, mais de profiter de ce moment pour relaxer. Tamisez les lumières, allumez des chandelles, mettez une petite musique ou trouvez-vous un bon livre. Ajouter des huiles essentielles dans le bain ou un peu de bain moussant rend l'expérience encore plus plaisante. Je ne prétends pas avoir l'idée du siècle avec mon histoire de bain, mais comme je suis plus du genre à prendre une douche et passer à autre chose ou à prendre un bon bain seulement lorsque je suis malade, l'idée de prendre simplement un moment de relaxation dans le bain, comme ça, sans raison ne me passe pas souvent par la tête. Pourtant, c'est une bonne habitude à prendre de se permettre un petit moment de relaxation comme ça une fois de temps en temps, question de décompresser et de se recentrer. 

Ensuite il y a, évidemment, l'accouchement dans l'eau. Il y a tellement de choses à dire sur les bienfaits de ce type d'accouchement que des livres entiers y sont consacrés. Déjà, en étant dans l'eau, la femme se sent plus légère, son corps étant supporté par l'eau et il est donc plus facile pour elle d'entrer dans sa bulle.  Accoucher dans l'eau, dans la plupart des cas, aide à relaxer et donc est moins douloureux, diminue les risques de déchirures, accélère le travail, permet une plus grande liberté de mouvements. L'arrivée au monde du bébé se fait aussi de façon plus douce et paisible, et il n'est pas rare de voir des bébés qui ne pleurent pas à leur sortie, et même certains ouvrir leurs yeux sous l'eau avant même que le reste de leur corps soit né. 

Par la suite, l'heure du bain peut aussi devenir un moment de relaxation et de thérapie pour le bébé. Sans en dire d'avantage, je vous laisse constater par vous même le pouvoir méditatif du bain pour le nouveau-né grâce à ce magnifique vidéo. 




Dans son livre Naître et renaître dans l'eau, le Dr. Michel Odent explique le pouvoir d'attraction que l'eau a sur les humains. Il affirme qu'en étant en plus grand contact avec l'eau, nous avons l'opportunité d'établir un meilleur contact avec nous-mêmes, avec notre sexualité, notre nature humaine, et de rétablir le lien entre  la raison et l'instinct. Selon lui, l'eau est un élément que toute femme enceinte devrait cotoyer, surtout au moment de la naissance de son enfant.

Sources:
http://www.wikinoticia.com/images/embarazo10/embarazo10.com.wp-content.uploads.image-thumb4.png (photo)
http://lacaladoiseblog.canalblog.com/archives/2008/07/03/9802159.html
http://www.waterbirth.org
http://thesfile.com/wp-content/uploads/watercrystalresults.gif (photo)
http://www.waterfyi.com/wp-content/uploads/2011/04/masaru-emoto-hope-250x250.jpg (photo)
Balaskas, Janet, The Waterbirth Book, HarperCollins Publishers, Grande Bretagne, 2004, 294 pages. 
Emoto, Masaru, Les messages cachés de l'eau, Editeur Guy Tredaniel, 2004, 159 pages.