Le cordon ombilical: Le couper ou non?


Après ma petite parenthèse sur le portage, voici la suite de mon travail sur le placenta. Cette partie concerne le cordon ombilical. Mon travail en entier intitulé Le placenta: plus qu'un organe sera éventuellement en entier sur mon blog gràce à ces chapitres que je poste régulièrement, mais si vous désirez le lire en entier dès maintenant, vous n'avez qu'à laisser un commentaire à la fin du message avec votre adresse courriel ou à m'écrire, et je vous enverrai mon travail en format PDF. 

Le cordon ombilical 
Le cordon ombilical, qui relie le fœtus au placenta, est composé d’une veine qui transporte le sang oxygéné au bébé et de deux artères qui acheminent le sang désoxygéné, ou ‘’usé’’, vers le placenta. Celui-ci mesure environ 50 centimètres de long, et 2 centimètres de diamètre. Il est recouvert de la gelée de Wharton, est solide et flexible. Le cordon assure le transfert d’enzymes, d’oxygène, de nutriments, de fer, et de tout ce que le bébé aura besoin pour grandir. Il sert aussi à renvoyer les déchets produits par le bébé, comme par exemple le dioxyde de carbone et la bilirubine, vers le placenta, qui les transfèrera ensuite à l’organisme de la mère pour l’élimination. Le sang de la mère et le sang du bébé passent assez proche l‘un de l’autre dans le placenta pour faire des échanges, mais ne se mélangent jamais.


 Couper ou non le cordon ? 
Actuellement, en milieu hospitalier, le protocole est de clamper et couper le cordon très rapidement, souvent même quelques secondes après la naissance. Mais rien ne justifie cette pratique, qui peut même être très traumatique pour le nouveau-né.
Premièrement  le fait d’attendre avent de clamper et couper le cordon permet au bébé de récupérer 100% de son volume sanguin. Au moment de la naissance, presque le tiers du volume total de sang appartenant à l’enfant se trouve encore dans le placenta ou dans le cordon. Le fait d’attendre un minimum de quelques minutes (jusqu’à ce que le cordon cesse de pulser) permet au placenta de terminer son travail et de transmettre tout le sang restant à l’enfant. Ceci prévient entre autres l’anémie chez le nouveau-né.
En deuxième lieu, le fait d’attendre et de ne rien presser contribue grandement à la formation du lien d’attachement entre la mère et son enfant. Durant la grossesse, le cordon et le placenta ont représenté ce lien, autant pour le bébé que pour la mère. Lors de la naissance, un nouveau lien doit se créer, car le cordon ne sera pas là éternellement. Le simple fait de poser le bébé sur le ventre de la mère, et de leur permettre de faire connaissance sans précipitation et dans l’amour, permet au bébé de faire la transition. Le fait de couper le cordon trop tôt et de séparer le bébé de sa mère trop tôt, ne serait-ce que pour faire quelques tests,  cause un grand stress au bébé et peut même créer un grand vide émotionnel chez lui.
Ensuite, il y a l’apport en oxygène. Durant toute la grossesse, le placenta et le cordon ombilical ont été là pour assurer l’apport en oxygène au bébé. Au moment de sa naissance, il doit prendre son premier souffre et apprendre à se débrouiller tout seul.  Le fait de couper le cordon immédiatement après la sortie du bébé, sans même attendre qu’il respire correctement est illogique.  Tant que le bébé est connecté au placenta et que le cordon pulse, le bébé continue à recevoir du sang oxygéné. Cela lui donne une chance, une bouée de secours, au cas ou quelque chose se passe mal.

Il y a plus de deux cents ans, des docteurs comme Erasmus Darwin (Le grand-père de Charles Darwin) questionnaient le fait de couper le cordon trop tôt. Déjà à cette époque, la pratique de couper le cordon immédiatement après la naissance du bébé était bien implantée.
«Un autre chose très dangereuse pour l’enfant, est de clamper et de couper le cordon ombilical trop tôt; celui-ci devrait toujours rester attaché jusqu’à ce que l’enfant ait respiré à plusieurs reprises et jusqu’à ce que toute pulsation du cordon ait cessé. Autrement, l’enfant sera beaucoup plus faible qu’il le devrait, une portion du sang restant dans le placenta alors qu’il aurait du être dans l’enfant. » - Erasmus Darwin, Zoonomia, 1801.

Évolution du cordon dans les 15 premières minutes suivant la naissance, sans le couper. On voit clairement qu'il se vide de son sang au fur et à mesure des photos. 

Cordon ayant été coupé entre 20 et 60 minutes après la naissance

Cordon ayant été coupé immédiatement après la naissance


Voici pour terminer un petit vidéo (en anglais, malheureusemet) qui explique très bien pourquoi il est important d'attendre avant de couper le cordon ombilical. 


La bibliographie complète ainsi que les références pour les photos sont disponibles dans ma recherche complète

À la prochaine!

Comments