Conclusion de ma recherche sur le placenta


Et maintenant la dernière partie de ma recherche sur le placenta! Mon travail est maintenant en entier sur ce blog, à l'exception du témoignage de la naissance lotus et des recettes. Je n'ai pas l'intention de les poster pour l'instant, mais si vous voulez avoir le travail dans son entier, il suffit de le demander (en postant un commentaire dans ce blog ou en m'écrivant, et en me donnant votre adresse courriel) et je vous enverrai ma recherche en format PDF.  Bonne lecture!

Conclusion
Le but de ce travail de recherche était de démystifier le placenta si méconnu, et de donner des pistes sur ses multiples propriétés et usages. Il existe aussi une grande dimension spirituelle associée à cet organe fascinant qui est, entre autres, considéré par certains comme le huitième chakra. Mais ce travail n’en fait pas vraiment mention, car là n’était pas le but de cette recherche.

J’ai choisi ce sujet car lors d’un un voyage à Bali à l’été 2011, j’ai mis la main sur un livre qui m’a ouvert les yeux sur le merveilleux monde du placenta. En possession de ces informations, je ne pouvais faire autrement que de vouloir partager ces informations précieuses aux autres accompagnantes (et au reste du monde). 

Le rôle de l’accompagnante, en partie, est de renseigner les futurs parents sur tout ce qui entoure l’accouchement et l’arrivée du bébé, et toutes les procédures qui leur seront proposées ou imposées. La naissance du placenta, selon moi, est une partie majeure de l’accouchement. Il fait partie du bébé, mais est beaucoup trop négligé par les protocoles hospitaliers. Non seulement la pratique courante est de couper le cordon immédiatement après la sortie du bébé, mais le placenta, qui a si bien fait son travail pendant les neuf mois de gestation, est réduit à un simple déchet médical, et est jeté aux poubelles.

À travers mon accompagnement, je compte informer les parents sur toutes les propriétés et les bénéfices physiques, physiologiques, et si les parents y sont ouverts, spirituels du placenta, pour leur permettre ensuite de choisir par eux-mêmes ce qu’ils veulent en faire. J’espère aussi sincèrement que les hôpitaux recommenceront à permettre aux parents de rapporter leur placenta chez eux, car les placentas appartiennent à la mère et au bébé et non au système médical. J’espère qu’un jour, notre société moderne cessera de traiter le placenta comme un simple déchet médical et retrouvera en lui un puissant allié de l’humanité. 

La liste de mes références et la bibliographie sont disponibles dans la recherche complète. 

À la prochaine!

Comments

  1. Encore un petit témoignage au sujet du placenta. Certains me pensent peut-être folle mais j'ai conservé le placenta à la naissance de mon fils. Nous l'avons congelé puis enterré sous l'olivier offert par la ville à tous les nouveaux-nés. Le tout petit olivier est bien vigoureux malgré sa taille. Il a surmonté l'hiver et le gel comme un chef, tout comme notre petit ange !
    Je ne m'imaginais pas le jeter, c'était comme perdre une partie de moi et rompre le lien avec mon fils.
    Je ne ferai pas une maladie si l'olivier meurt mais j'ai bon espoir que ça n'arrive pas !
    Merci encore pour toutes ces recherches.

    ReplyDelete
  2. VJe ne vous trouve pas du tout folle, c'est génial ce que vous avez fait avec votre placenta!! À défaut de vouloir le manger, enterrer le placenta permet de lui dire au revoir de façon respectueuse et le garder pas trop loin, au lien de le jeter. Les balinais considèrent l'endroit ou leur placenta est enterré comme leur lieu de recueillement, et vont souvent prier leur placenta (considéré comme leur ange gardien). J'ai aussi déjà entendu l'histoire d'une ffemme qui avait enterré le placenta de son enfant au pied d'un arbre à fruits, des pêches je crois, et les fruits qui y poussaient étaient les meilleurs qu'elle avait goûtés de toute sa vie!

    ReplyDelete

Post a Comment